Les déodorants, c'est l'enfer de choisir !

Les déodorants, c'est l'enfer de choisir !

Lorsqu’on arrive au supermarché, ou même dans son magasin bio, on se retrouve confronté à une allée entière destinée aux déodorants. Pour femmes, pour hommes, anti-transpirantsou non, avec aluminium ou sans, en spray, en roll on, en crème ou solides. On ne sait plus où donner de la tête !  Aujourd’hui avec Mademoiselle Crapaud on plonge dans l’univers des déodorants pour en savoir plus...

Un déodorant, c'est quoi ?

 

 Le déodorant est un produit cosmétique destiné à limiter ou à masquer les mauvaises odeurs corporelles liées à la transpiration. Attention, il ne faut pas le confondre avec l’anti-transpirant dont l’objectif est de limiter la sécrétion de transpiration. 

 

 

Quelques chiffres…

Votre quête de la propreté rapporte gros aux industriels. En effet, les déodorants représentent 415 millions d’euros de chiffre d’affaires soit 7,5% de la catégorie hygiène beauté. Lorsque l’on interroge les gens, on se rend compte que la presque totalité des jeunes mettent du déodorant tous les jours alors que c’est plus rare chez nos anciens. L’habitude d’utiliser du déodorant est donc nouvelle et ne risque pas de s’atténuer. C’est d’ailleurs grâce aux innovations que le marché se dynamisme. Oui, maintenant votre déodorant peut vous servir 48h voire 72h. Bon, Mademoiselle Crapaud ne voit pas trop à quoi ça pourrait servir, mais c’est une innovation !

 

 

 

Quels sont les principes actifs dans un déodorant ?

Quelle que soit sa forme (en bille, en spray, … ) chaque déodorant contient la même liste de principes actifs. Les principes actifs sont les ingrédients contenus dans le produit lui permettant de remplir sa fonction (un baume à lèvres doit nourrir et hydrater la peau, par exemple). 

Dans le déodorant on retrouve généralement des agents antibactériens. En effet, ce n’est pas la transpiration en elle-même qui sent mauvais mais les bactéries présentes sur notre peau au contact de la transpiration. Sans ces bactéries on ne sent donc plus rien du tout ! 

On trouve également des agents déodorants, c’est à dire qui masquent les mauvaises odeurs (la menthe par exemple est un très bon principe actif déodorant) et des agents odorants, présents pour apporter leur bonne odeur (le parfum ou les huiles essentielles par exemple). En dernier viennent les agents absorbants qui limitent l’humidité à la surface de la peau. 

 

 

Comme dans tous les cosmétiques traditionnels, on retrouve dans les déodorants des perturbateurs endocriniens. Mais qu’est-ce que c’est en fait, cette bête dont tout le monde parle ? Ce sont des molécules, souvent des conservateurs, suspectés de perturber notre système hormonal. Ils ont de nombreux effets sur la santé dont un impact sur la reproduction et la fertilité (pour les hommes comme pour les femmes). C’est pourquoi il vaut mieux les éviter. Et si malgré tout vous souhaitez utiliser des déodorants en comportant, alors ne le faites surtout pas sur des aisselles franchement rasées. En effet, les substances pénètrent ainsi beaucoup plus facilement et rapidement dans votre sang.

On retrouve souvent dans les déodorants : 

  • Le propylparaben utilisé comme conservateur et responsable de dérèglements hormonaux.
  • Le cyclopentasiloxane utilisé également comme conservateur et dérivé du silicone. Il est suspecté d’être perturbateur endocrinien.
  • Le phénoxyéthanol : encore un conservateur ! Il est issu de la distillation du pétrole (miam!), allergisant et suspecté lui aussi d’être perturbateur endocrinien.
  • Le methylparabène, un de nos amis les parabènes et conservateur. Il est très vite et très bien absorbé par la peau et est soupçonné d’avoir un lien avec le cancer du sein et l’infertilité masculine.

Sont également énormément décriés les fameux sels d’aluminium. Il en existe de toutes sortes et même naturels (la pierre d’alun). Ces sels sont surtout utilisés dans les anti-transpirants puisqu’ils sont astringents, purifiants et régulateurs de la transpiration. De nombreuses études ont étés menées et elles sont assez contradictoires. Cependant, les sels d’aluminium sont fortement suspectés d’être liés au cancer du sein.

 

Les solutions pour sentir bon sans abîmer sa santé et l’environnement…

Pas de panique, maintenant que vous savez tout ça, Mademoiselle Crapaud a des solutions. 

D’abord, vous pouvez créer votre déodorant vous-même. Ainsi vous contrôlez entièrement sa composition. Adieu sels d’aluminiums et parabènes, optez plutôt pour l’huile essentielle de menthe poivrée, l’hydrolat de verveine et le gel d’aloe vera. C’est facile, c’est bio et puis c’est tout. Vous trouverez la recette complète dans la boxe déodorant du Ptit Crapaud ICI

 

Quoi ? Vous n’avez pas envie de vous lancer dans la fabrication tout seul ? Mademoiselle Crapaud le comprend complètement. Sachez tout de même que Le Ptit Crapaud propose des ateliers pour tout vous apprendre dans les alentours d’Aix-Marseille. 

Si jamais vous n’avez pas du tout le temps, il vous suffit de privilégier les déodorants qui ne contiennent pas de phase aqueuse. Pourquoi ? Parce qu’ainsi le développement microbien n’est pas possible et donc l’utilisation de conservateurs est inutile. En plus, ce sont des produits solides et donc 0 déchets. Elle est pas belle la vie ? 

Chez le P’tit Crapaud on vous propose le fameux déodorant Lamazuna composé d’huile de coco, d’argile, de cire de tournesol, de deux émulsifiants naturels et d’origine végétale, d’acide acétique pour une meilleure conservation et d’huile essentielle de palmarosa. Vous pouvez le shoper ICI !

Et enfin, si les deux premières solutions ne vous suffisent pas, nous avons aussi le déodorant Fresh Up de chez Pachamamaï, vegan et bio. Composé de bicarbonate de soude, d’huile de coco bio, d’un tensioactif naturel issu de l’huile de blé, d’argile, de candelilla et d’huiles essentielles. De quoi ravir vos aisselles !

 

 

Haut les coeurs, on peut sentir bon et rester bio. Et vous, vous utilisez quoi comme déodorant ? Donnez-nous vos expériences et avis en commentaires…